jeudi 1 mars 2012

Megaupload megadead.

Il y a en ce moment un bon nombre de commentaires émis sur la disparition de Megaupload. Certains (pas très nombreux, je pense) saluent là la grande avancée faite dans le domaine de la protection du travail des musiciens, d'autres crient au musellement de l'internet libre.
Des premiers nous parlerons peu, car il suffit de voir le pourcentage que touchent les artistes sur les profits engrangés sur leurs créations pour se persuader que le problème du téléchargement illégal ne les concerne même pas.


/humour fasciste on;
De plus, depuis quand musicien c'est un vrai travail, hein ?
/off;


Des autres, sans parler des récents DDoS de la plupart des sites anti-piratage ou politiques rattachés à ce sujet, on peut observer un intérêt, qui discrètement, pointe vaguement.
Mais jusqu'à quand internet restera intéressant ?


13ème site au niveau des statistiques de visite, Megaupload servait à ses utilisateurs des oeuvres qui certes, violaient les droit du copyright, mais proposait une culture libre, facile d'accès. Et pas qu'à des blockbusters. Il y avait aussi tout un tas de séries, jamais exportées en France ou mal doublées, qui étaient sous-titrées par des équipes de volontaires. Quantité de film de série Z et SF de petits budgets ont également, avec la chute de leur hébergeur, rejoint l'abîme de l'ignorance.


Certes, légalement, il y a une avancée. Certes, maintenant, la loi est respectée.
Mais culturellement, c'est toute une partie du cinéma, de la culture la plus facile à consommer -et pourtant pas la plus imbécile- qui s'effondre.


Certains conspirationnistes pensent à une disparition programmée au profit d'une culture unique et mondialisante.
Je pense plus à des raisons écnomiques.


Mais l'industrie du disque et du film se tire là une balle dans le pied, et ce après avoir conduit à la ruine l'hôpital qui pouvait soigner sa blessure.
Car ce qui risque de se produire, c'est la perte définitive d'une image crédible de la part de ces marchands de rêves. Car le streaming mort, c'est l'avènement du P2P, ou d'une forme de streaming échappant encore plus au lois internationales.


Fini les pubs pornographiques sur Megavideo.
Et ça, ça, eh bien aucun producteur ne pourra jamais vous offrir ça en jaquette quand vous chercherez à regarder le Roi Lion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire